Retour à PenCities

Calma s’attaque à Tokyo

02 mai 2014
Stephan Doitschinoff : Jurema Preta

Prononcez le mot « Calma » à São Paulo, et les aficionados de l’art local vous parleront tout de suite de Stephan Doitschinoff, dont le nom d’artiste est un mélange des mots « calme » en portugais et « âme » en latin. Fils de pasteur évangélique, Doitschinoff crée des tableaux et des fresques murales mêlant d’une façon unique le folklore afro-brésilien et les traditions religieuses, utilisant notamment des images de l’église pour évoquer la corruption de grande envergure. Aujourd’hui reconnu comme un personnage important grâce à ses œuvres qui figurent sur les murs de galeries de grandes villes dans le monde mais aussi dans les espaces publics de villes rurales brésiliennes, Doitschinoff fait ses premiers pas au Japon dans la galerie d’art Diesel de Tokyo avec une exposition intitulée Jurema Preta.
 
Organisée par l’éditeur berlinois Gestalten, Jurema Preta donne une vision exhaustive de l’univers artistique de Doitschinoff en présentant ses expressions visuelles sous forme d’icônes et de symboles sur différents supports comme le papier, la toile et des courts-métrages, mais aussi des lithographies, des sérigraphies, des gravures sur bois et des porcelaines. Avec des éléments récurrents comme le paganisme, les textes en latin et le « pichacao » (les graffiti de São Paulo), les œuvres de Calma seront sans aucun doute une source de débats de ce côté du Pacifique. Les visiteurs peuvent en plus acquérir des copies signées de « Cras », la deuxième monographie de Doitschinoff, disponible uniquement jusqu’à la clôture de l’exposition à Diesel. 

Jusqu’au 23 mai 2014.
 
B/1 / Cocoti Bldg / 1-23-16 Shibuya / +81 3 6427 5955 / diesel.co.jp/art

RETOUR EN HAUT DE LA PAGE