Retour à PenCities

Un bijou de quartier

15 mai 2014
Wallflower
Dissimulé dans une rue donnant sur Greenwich Avenue, sans même un nom sur la porte, Wallflower confirme sa réputation de grand timide. Tel quel sur deux pièces à la lumière tamisée, avec des comptoirs en marbre lisse, ses plafonds dorés monotones et ses sobres banquettes grises, on ne vous en voudrait pas si vous passiez à côté. Pourtant, ce petit restaurant de quartier n’a rien de banal. En maître du modeste salon de 45 couverts, on trouve Xavier Herit, qui a passé sept ans au poste de barman en chef au Daniel, et le chef Jared Stafford-Hill, un ancien disciple d’Alain Ducasse à Adour et Maison Premiere.

Qualifier la carte des boissons de « créative » est sans doute un euphémisme : Herit a imaginé un mélange audacieux d’alcools élaborés sur place, comme la vodka à l’ananas et au piment chipotle, le gin au thé Earl Grey et la cachaça au combava et au thé oolong. On trouve aussi des associations incroyables comme le Père Pinard, un mélange de sirop de pinot noir, de scotch, d’eau-de-vie de poire et d’épices, ou encore la version de Herit du cocktail Moscow Mule, au gin et gingembre avec du mezcal au piment jalapeño. Pour équilibrer, des plats de bistrot sont proposés, comme les huîtres froides, le ceviche de noix de Saint-Jacques, le carpaccio de bar noir, les côtes de bœuf et une assiette d’assortiment de fromages et charcuteries. Mais avec une carte forte de 11 cocktails, en plus d’un choix de vins plutôt important, vous n’avez pas le temps de vous endormir sur vos lauriers. Et Herit remanie entièrement le menu et les boissons à chaque nouvelle saison.

235 W 12th St / Du dimanche au mercredi de 17 h à 0 h 30, du jeudi au samedi de 17 h à 1 h / wallflowernyc.com
RETOUR EN HAUT DE LA PAGE